NOËL 2016 : DEUX SURPRISES SOUS LA HOTTE

Parmi les cadeaux du Père Noël cette année : la reprise de la consommation des ménages (+0,4%) durant le mois de novembre 2016, ainsi que la baisse de la dette publique au dernier trimestre (97,6% du PIB, contre 98,4% fin juin) redonnent quelques couleurs à l’économie française. D’après l’Insee, cette hausse de consommation des ménages (l’un des piliers de la croissance) est essentiellement liée aux dépenses en énergie alors que la moyenne des températures a été au-dessous des normales saisonnières.

Autre étrenne : le repli de la dette publique. Fin septembre, elle atteignait 2160,4 milliards d’euros, soit 10,3 milliards de moins qu’au deuxième trimestre. Malgré cela, cette dette est toutefois toujours supérieure à l’objectif affiché par le gouvernement français pour l’ensemble de 2016.  Mais la situation n’est pas bonne pour autant : la France reste fébrile et emprunte sur les marchés pour se financer à un taux de 0,7%. Selon les experts, ce taux pourrait être relevé dans les prochains mois.

Concernant l’emploi, on note une belle reprise dans l’intérim et, toujours selon l’Insee, le taux de chômage devrait légèrement décroître jusqu’à la mi-2017, pour atteindre 9,5% de la population active en métropole et 9,8% avec l’outre-mer (contre 9,7% et et 10% au troisième trimestre).

Enfin, les attentats laissant aussi une balafre sur l’économie d’un pays, on apprend cette semaine que Paris accuse une chute de 6% de la fréquentation touristique par rapport à 2015. Ce recul atteint 10% pour les touristes étrangers -du jamais vu jusqu’à présent. C’est donc le tourisme d’affaires qui envoie des signes encourageants pour une reprise, espérons-le, encore plus vive en 2017.

En attendant je vous souhaite, au nom de toute l’équipe d’Argot, de passer un excellent réveillon de Noël…

Pegah Hosseini

More from Pegah HOSSEINI

2016 : ON FAIT LE BILAN

Qui dit fêtes de fin d’année dit bilans. Croissance, déficit public, chômage, défaillances...
Lire la suite