L’ARGENT, LA RELIGION DES SAGES ?

Lundi 30 janvier au soir, un jeune étudiant québécois a été inculpé de meurtres avec préméditation après avoir tué six fidèles la veille, au Centre culturel islamique de Québec. Le pays de l’érable n’a pas attendu pour faire tomber les sanctions : 11 chefs d’accusation pour meurtre au premier degré et tentative de meurtre pèsent sur Alexandre Bissonnette, le suspect, et la Gendarmerie royale du Canada a affirmé que des accusations liées au terrorisme et à la sécurité nationale pourraient également être déposées contre lui.

En France, mardi, les considérations étaient autres mais tout aussi désolantes que les dérives théologiques dans le monde : on apprenait, via Le Canard Enchaîné, que ce sont au total plus de 900 000 euros que Penelope Fillon aurait reçu en tant qu’assistante parlementaire et conseillère littéraire à la Revue des deux mondes. Des soupçons d’emplois fictifs qui touchent toute la famille Fillon : le journal satirique nous apprend par ailleurs que deux des enfants du candidat à la présidentielle (!) ont également été rémunérés comme assistants parlementaires lorsque l’ex-Premier ministre (!) était sénateur de la Sarthe, entre 2005 et 2007.

Le même jour, la présidente du Front national Marine Le Pen a annoncé qu’elle refusait de rembourser les 300 000 euros que lui réclame le Parlement européen. L’eurodéputée est accusée d’avoir rémunéré (avec des fonds européens) Catherine Griset, comme assistante parlementaire, tandis que celle-ci travaillait essentiellement pour le FN. La secrétaire puis chef de cabinet de Mme Le Pen dispose, par ailleurs, d’un bureau au siège de la campagne présidentielle de la candidate frontiste, à Paris.

Mercredi la Première Ministre britannique Theresa May a déclaré que la politique anti-immigration du président américain Donald Trump était « une erreur » et qu’il « sème la discorde ». Une réaction frileuse qui a fortement déplu en Grande-Bretagne, d’autant plus qu’elle a été le premier dirigeant étranger à être reçu par le 45ème président des États-Unis vendredi. Objectif ? Renforcer les liens commerciaux entre les deux pays, avec pour fond de commerce un furieux attachement au libre-échange…

Une expression a pris tout son sens jeudi : faire contre mauvaise fortune bon coeur. Dans sa gourmandise, Serge Dassault, le PDG du groupe Dassault, a gentiment dissimulé au fisc des dizaines de millions d’euros pendant quinze ans : les comptes de quatre fondations et sociétés, établies au Luxembourg et au Liechtenstein, ont abrité jusqu’à 43 millions d’euros. Résultat : il a été condamné à cinq ans d’inéligibilité et 2 millions d’euros d’amende.

Hier, la petite île de Malte, qui assure depuis janvier la présidence du Conseil de l’Union européenne, accueillait les chefs d’Etat et de gouvernement des Vingt-Huit. Un sommet durant lequel l’Union comptait afficher une unité sans faille face aux défis migratoires – faisant au passage un pied de nez au processus du Brexit ainsi qu’aux déclarations de Donald Trump. Un potentiel accord avec la Libye pourrait être conclu : un soutien renforcé aux gardes-côtes libyens et une rallonge de l’aide financière − jusqu’à 200 millions d’euros −, alloués par les États membres au Gouvernement d’union nationale pourrait aider à mieux gérer la migration. Le tout en sauvant des vies : en 2016 en mer Méditerranée, sur 181 000 personnes ayant tenté la traversée, au moins 4 500 seraient mortes noyées. Comme quoi, Voltaire n’avait pas raison : quand il s’agit d’argent, tout le monde n’est pas forcément de la même religion.

Pegah Hosseini

More from Pegah HOSSEINI

L’ARGENT, LA RELIGION DES SAGES ?

Lundi 30 janvier au soir, un jeune étudiant québécois a été inculpé...
Lire la suite