AMATEURISME, QUAND TU NOUS TIENS

François Hollande nous a beaucoup amusés cette semaine. En effet, le toujours en poste Président de la République Française s’est mis au travail sur le dossier de la jeunesse. En allant par exemple au chevet de Théo, ce jeune homme victime d’un viol présumé lors d’une violente interpellation de police. En visite dans le 93 mardi, il a même déclaré vouloir que « la justice passe ». On a bien ri.

De l’autre côté de l’Atlantique, un blondinet nous a lui aussi coupé le souffle par son amateurisme : moins d’un mois après son entrée en fonction, l’administration Trump a connu sa première crise, avec la démission du conseiller à la sécurité nationale. Une mission essentielle de la Maison Blanche que Donald Trump avait confiée à un bon copain : l’ancien général Michael Flynn. Or ce dernier s’est fait coincer : des révélations embarrassantes visent une conversation téléphonique qu’il a eue avec l’ambassadeur de Russie à Washington, Sergey Kislyak, avant que Trump accède à la Maison Blanche. Accusé d’avoir menti sur sa teneur, Michael Flynn n’a eu d’autre choix que de se retirer. D’autres personnalités de premier ordre sont également dans le viseur.

Retour en France. Mercredi, le Canard Enchaîné a continué de régaler le peuple. Dans son édition du 15 février, l’hebdomadaire indiquait qu’une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Nanterre après qu’une plainte pour fraude fiscale a été déposée à l’encontre de Thierry Solère, le député (LR) des Hauts-de-Seine… Et porte-parole de François Fillon. L’élu a déclaré auprès de la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique avoir exercé, de 2004 à 2014, une « activité de conseil pendant dix ans » auprès de la société Aliapur, éco-organisme leader du recyclage des pneumatiques usagés en France. Il dit avoir été par ailleurs consultant dans le cabinet Deloitte. Pour toutes ces activités, il affirme avoir perçu une rémunération « de  l’ordre de 250 000 € par an ». Sur cette même déclaration, le nom de son épouse, Karine Theet, figure parmi ses collaborateurs parlementaires. Une déclaration de modification substantielle des intérêts et activités est également produite en janvier 2015, car Thierry Solère travaille depuis octobre 2014 pour l’entreprise Chimirec, pour une rémunération mensuelle brute de 12 000 €.

Au Parlement Européen, on n’a guère fait mieux en termes de professionnalisme : le CETA (Comprehensive Economic and Trade Agreement), traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada, a été ratifié à une large majorité, après de longs mois de débats animés. Les partisans du traité estiment qu’il s’agit d’une chance unique pour l’Union européenne de peser dans l’économie mondiale. Pour les cyniques, c’est surtout une aubaine pour le pays de l’érable puisque les Canadiens accèderont à un marché de plus de 500 millions de consommateurs tandis que l’UE accèdera à un marché de 36 millions de consommateurs. Pour savoir à quelle sauce nous, pauvres petits européens, allons être mangés, c’est par ici qu’il faut regarder.

Pegah Hosseini

More from Pegah HOSSEINI

LE CHANGEMENT, C’EST MAINTENANT. ENFIN, ÇA DÉPEND POUR QUOI.

Un tournant a eu lieu dans l’histoire de la Vème République cette...
Lire la suite