« NIO KO BOKK »

Si vous êtes amenés à traverser le « pont bleu » qui relie le 19e au 18e arrondissement, vous avez probablement remarqué que depuis quelques jours, des phrases en lettres capitales bordent les murs de la rue Riquet.

Les associations Entr’aide et Espoir 18 n’y sont pas étrangères. En effet, ces dernières ont mis sur pied un projet rassemblant douze jeunes des deux arrondissements opposés dans la Sarthe le temps d’une semaine. Dans l’équipe des accompagnants, le « street artist » Sean Hart.

L’objectif a été de créer des « punchlines » pour verbaliser le vécu de cette jeunesse. Sean Hart, invité par le collectif GFR, a ensuite peint les murs, fidèle aux réalisations du groupe pour créer un pont entre les arrondissements. Notre photographe, João Bolan, a voulu rendre compte de ces œuvres grandeur nature.

Ecrit par
More from Argot

LE NUMÉRIQUE EST-IL VRAIMENT UN TREMPLIN POUR LA JEUNESSE DES QUARTIERS ?

Nous sommes le 29 août 2017, le magazine CAPITAL consacre un article...
Lire la suite